Article #2 : comment avons-nous fait pour être incubées à Station F ?

13 AOÛT 2020

Station F est le plus grand campus de startups au monde, inauguré le 29 juin 2017, réparti sur 34 000 mètres carrés à Paris. L’incubateur a été créé par Monsieur Xavier Niel sous la direction de Madame Roxanne Varza. Il incarne un rêve pour nombre de (jeunes) entrepreneurs·es.

Pour l’anecdote, en juillet 2019, à l’aube de notre projet, nous avions décidé de visiter le bâtiment. Neuf mois plus tard, nous voilà incubées au sein de PÉPITE Start’up Île-de-France, programme soutenu par le réseau Pépite, la région Île-de-France et Schoolab. Comment en sommes-nous arrivées là ? Quelles ont été les grandes étapes de ce début d’aventure ?

1. 2 soeurs + 1 projet = changement de vie

Nous sommes deux sœurs :  Léa, de formation géographe-cartographe et Hannah, designer graphique. 

Mordue des réseaux sociaux, Hannah constate en juin 2019, qu’il manque, étonnement, un réseau social dédié aux cosmétiques.
Pourtant, le chiffre d’affaires mondial de ce marché est estimé à plus de 200 milliards d’euros (source : estimation L’Oréal du marché cosmétique mondial en 2018 en prix nets fabricants. Hors savons, hygiène orale, rasoirs et lames. Hors effets monétaires).

Ayant auparavant créé puis dirigé ensemble une association sportive de roller derby durant 5 ans, nous n’avons pas hésité une seule seconde à négocier ce nouveau virage dans notre vie. Pourtant, l’entrepreneuriat ne faisait pas partie de nos plans de carrière respectifs. Aujourd’hui, nous nous épanouissons dans ce projet et ce statut, au-delà de toutes les difficultés que nous rencontrons. Nos atouts ? pluridisciplinarité, complicité et motivation sans faille.

Devenir entrepreneur·e, c’est sortir de sa zone de confort, prendre des risques pour donner vie à son projet. S’imaginer pouvoir conjuguer plusieurs activités professionnelles en même temps est utopique. Devenir entrepreneur·e c’est prioriser son projet.
Pour preuves, Léa a démissionné de son poste de cartographe au sein d’une structure publique territoriale et Hannah, jongle entre fin d’études et entrepreneuriat. L’organisation est importante pour conjuguer les deux, notamment en période de COVID-19 où les dates d’examens ont été perturbées.

Si vous croyez en votre projet, foncez ! Nos conseils : trouvez le bon timing, mûrissez votre projet, prévoyez vos arrières et ayez quelques économies de côté. N’oubliez pas que votre entourage est tout aussi concerné et impacté par ce changement de vie. Pour notre part, nous avons la chance d’être entourées, comprises et soutenues dans notre projet.

2. Pourquoi rejoindre un incubateur ?

« Un incubateur est un organisme d’aide et d’accompagnement à la création d’entreprise. Sa mission principale est d’assister les porteurs d’un projet innovant et technologique. Certains incubateurs s’adressent à des projets naissants alors que d’autres sont destinés à des entreprises en recherche de croissance voire de développement. Le mode d’admission est propre à chaque organisme » (www.journaldunet.fr).

En septembre, au sein de l’école d’Hannah, une réunion d’information s’est tenue par Pépite A2U Hauts-de-France afin d’expliquer les avantages du D2E (diplôme d’établissement étudiant-entrepreneur). En faisant la connaissance des organisateurs bienveillants, nous avons décidé de nous inscrire pour bénéficier d’un accompagnement. Nous avons obtenu le statut national étudiant-entrepreneur nous permettant d’intégrer le D2E. Sont éligibles tous les étudiants en cours d’étude ainsi que les jeunes diplômés. Cette formation nous a permis de découvrir un nouveau réseau, tout en ayant quelques heures de cours afin d’appréhender de nouvelles thématiques. Un conseil : n’hésitez pas à provoquer vos rencontres.

Nous avions réussi en 5 mois à établir un business plan, avec l’appui d’un cabinet d’expertise comptable et à créer notre société avec l’aide d’un cabinet d’avocats. Le 27 décembre 2019 nous étions officiellement une SAS (société par actions simplifiée).
Nous souhaitions aller plus loin et nous consacrer à plein temps à notre projet. Se faire « incuber » était donc devenu nécessaire pour nous qui manquions de repères dans ce nouvel univers. Postuler au programme PÉPITE Start’up Île-de-France a été une chance rendue possible par notre inscription universitaire. Intégrer Station F nous a permis de concrétiser notre démarche, de nous encadrer au plus près des réalités du marché et d’accueillir des collaborateurs·trices dans un espace de travail exceptionnel, inaccessible autrement. Nous avons désormais accès à l’écosystème qu’offre un grand incubateur.

3. Notre quotidien

Blabbermouth est l’un des 22 projets sélectionnés et incubés par le programme PÉPITE Start’up Île-de-France depuis le mois d’avril 2020. En pleine pandémie de COVID-19, nous avons intégré « La Piscine » : 1 mois intensif 100% digital, permettant de se confronter à la réalité du marché. Ce fut une expérience enrichissante, qui a initié des liens avec notre début de communauté. Vous pouvez accéder à notre article #1 si vous souhaitez en savoir plus.

Merci encore à l’équipe de Schoolab et aux intervenants qui ont fait un travail fantastique, durant cette période de confinement. Nous remercions également nos camarades, qui ont su donner beaucoup d’eux-mêmes.

Le 26 mai 2020 – 11h20, vêtues de nos plus beaux habits (et de nos masques), nous avons été « onboardées » (intégrées) dans les locaux de Station F et pris possession de nos espaces de travail. Petit à petit, nous apprenons à connaître en personne les autres entrepreneurs·es, que nous avions côtoyés jusqu’alors uniquement par visio. À présent, nous sommes un groupe soudé entre échanges et partages. Des amitiés naissent, pour notre plus grand plaisir. Si vous cherchez un incubateur à votre image, n’hésitez pas à faire vos recherches en amont et à poser vos questions aux alumnis (anciens incubés). Vous pouvez consulter l’offre de Station F ici. Pas moins de 27 programmes sont référencés, répondant à des besoins et des stades de maturité différents.

Nous sommes persuadées que les clefs de la réussite sont de croire en soi et en son projet, de savoir s’entourer, d’accepter l’aide et les conseils de ceux étant passés par là, de rester  à l’écoute du marché. La mise en commun de multiples compétences est une expérience extraordinairement enrichissante. Changer son quotidien peut faire peur mais vaut-il mieux vivre avec des remords qu’avec des regrets ?

Nous serions ravies de discuter avec vous. Si vous avez apprécié cet article et que vous êtes curieux·se de connaître davantage le projet, venez faire un tour ici.